Le long des siècles, du paganisme au judaïsme au christianisme et à l’islam, les hommes ont inventé des cultes et des lieux de cultes -pagodes, temples, églises, mosquées- pour y adorer la multiplicité des dieux ou le Dieu Unique. Les monothéistes adoptèrent des cultes païens dans leur vénération du Dieu Unique: les Juifs dans le Temple de Jérusalem par des cultes sacrificiels d’animaux divers, encens, etc… et dans les synagogues par des gestes rituels; les Chrétiens dans les églises et les Musulmans dans les mosquées firent de même. Bouddhistes, Hindouistes, etc… pratiquent leur culte dans leurs divers hauts lieux, pagodes, etc…
Quand Dieu se révéla à l’homme, Il répéta maintes fois par les Prophètes que le culte unique qui Lui est agréable est l’amour, le siège de ce culte étant le coeur de l’homme. Ceci rendait caducs les cultes matériels et les divers lieux où ils étaient -et où ils sont encore- pratiqués. L’homme n’a pas encore pu se détacher du culte matériel offert dans des édifices matériels. Et ce, pour diverses raisons, les plus importantes étant le prestige et l’argent que cela rapportait aux chefs des différents cultes. Ceux-ci se plaisent à garder leurs « fidèles » dans un état de soumission et d’ignorance qui les rend immatures et dépendants des diverses hiérarchies religieuses.

Voici quelques interventions divines par lesquelles le Créateur rejette les lieux et les offrandes des cultes matériels, précisant que le lieu unique du culte qu’Il agrée est le coeur de l’homme et l’offrande son amour:

1. Quand David voulut construire un temple à Dieu, Dieu lui envoya le prophète Nathan: « Va dire à mon serviteur David: Ainsi parle Yahvé: Est-ce toi qui me construiras une maison (temple) pour ma résidence… Ai-je dit à un seul des Juges d’Israël…: Pourquoi ne me bâtissez-vous pas une maison de cèdres?…' » (2 Samuel 7,4-13). Aussi, quand ce temple fut construit par Salomon, il fut détruit deux fois.

2. Quand Jésus vint, Il prédit la destruction du temple de Jérusalem afin que fût édifié le Temple Spirituel: « Détruisez ce sanctuaire (le temple de Jérusalem); en trois jours je le relèverai… Il parlait du Sanctuaire de son Corps » ressuscité après trois jours (Jean 2,19-22).

3. À la Samaritaine qui disait à Jésus: « Nos pères ont adoré sur cette montagne (le mont Garizim en Samarie) et vous, vous dites: C’est à Jérusalem qu’on doit adorer ». Jésus répondit: « Crois-moi, femme, l’heure vient où ce n’est ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père… mais l’heure vient -et nous y sommes- où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité, car ce sont là les adorateurs tels que les veut le Père. Dieu est Esprit, et ceux qui adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent adorer » (Jean 4,20-24).

Ces paroles méritent une méditation: « Crois-moi, femme » dit Jésus. Car il est difficile de croire au culte spirituel, celui-ci ne s’opérant ni à Jérusalem, ni à Rome, ni à La Mecque, etc… Les « vrais adorateurs » offrent ce culte dans leur coeur, voilà les « adorateurs tels que les veut le Père » non les hommes. Jésus révéla cela, il y a 2000 ans. Ses disciples n’ont pas encore compris la profondeur de cette révélation et continuent d’adorer Dieu en se revêtant de pourpre et en pratiquant un culte matériel dans l’ignorance, en se désintéressant des Saintes Écritures et des prophéties bibliques. Or, c’est là le fond du culte en esprit voulu de Dieu, un culte par la connaissance et l’amour de ce que Dieu a révélé. Ceux qui cherchent à s’en instruire eux-mêmes et à instruire -avec prudence et discernement- les autres (leurs enfants, leur entourage, ceux qui veulent entendre) offrent au Tout-Puissant un vrai culte en esprit et en vérité.

4. Le prophète Michée (VIIIe siècle av.J.-C.) avait déjà révélé que le culte unique agréé de Dieu était le culte spirituel: l’amour. Il dit en effet: « Avec quoi me présenterai-je devant Yahvé… avec des holocaustes, des veaux d’un an? Prendra-t-il plaisir à des milliers de béliers, à des libations d’huile par torrents? Faudra-t-il que j’offre mon aîné pour prix de mon forfait?… On t’a fait savoir, homme, ce qui est bien, ce que Yahvé réclame de toi, rien d’autre que d’accomplir la justice, d’aimer (Dieu) tendrement et de marcher humblement avec ton Dieu » (Michée 6,6-8). Dieu révéla aussi par le prophète Osée: « C’est l’amour que je veux, non les sacrifices. La connaissance de Dieu, non les holocaustes » (Osée 6,6).

5. Le Créateur s’exprima encore par la bouche du prophète Amos: « Je hais, je méprise vos fêtes, pour vos solennités je n’ai que dégoût. Vos holocaustes et vos oblations je n’en veux pas. Vos sacrifices de bêtes grasses, je ne les regarde pas. Éloigne de moi le bruit de tes cantiques! Que je n’entende pas le son de tes harpes! Mais que le droit coule comme l’eau et la justice, comme un torrent qui ne tarit pas » (Amos 5,21-24).

6. Jérémie, après Michée, vint révéler que Dieu n’a jamais prescrit de cultes sacrificiels: « Je n’ai rien dit ni prescrit à vos pères, quand je les fis sortir du pays d’Égypte, concernant l’holocauste et le sacrifice. Mais voici la prescription que je leur ai faite: Écoutez ma voix, alors je serai votre Dieu et vous serez mon peuple… mais ils n’ont pas écouté… ils ont suivi le penchant de leur coeur mauvais… » (Jérémie 7,21-28).

D’où viennent donc toutes ces prescriptions de la Loi (Torah) dans les Livres de l’Exode, des Nombres, du Lévitique et du Deutéronome? Dieu répond par Jérémie qu’Il n’y est pour rien: « Comment pouvez-vous dire: Nous sommes sages et nous avons la Loi (Torah) de Yahvé!’ Vraiment, c’est en mensonge que l’a changée le calame mensonger des scribes! » (Jérémie 8,8). Ce sont donc les scribes bibliques d’autrefois, puis les différents chefs religieux de toutes confessions qui imaginèrent et imposèrent des cultes et des prescriptions pour satisfaire, au nom de Dieu, leur propre orgueil et leurs intérêts matériels. Et cela continue encore aujourd’hui…

Jérémie révèle encore que Dieu établira avec Ses vrais adorateurs une Alliance Nouvelle dont le siège est le coeur de l’homme: « Voici venir des jours, oracle de Yahvé, où je conclurai une Alliance Nouvelle… Je mettrai ma Loi au fond de leur être et je l’écrirai sur leur coeur… ils n’auront plus à s’instruire mutuellement se disant l’un à l’autre: Ayez la connaissance de Yahvé!’ Mais ils Me connaîtront tous… » (Jérémie 31,31-34).

Cette Nouvelle Alliance fut établie par le sacrifice du Christ: « Cette coupe est la Nouvelle Alliance en mon Sang… » avait-il dit (Luc 22,20).

Ainsi l’unique culte agréé par Dieu est celui de cette Alliance Nouvelle. Il est pratiqué aujourd’hui librement par les Croyants Indépendants, dans l’intimité de leurs foyers et dans la simplicité comme le faisaient autrefois les premiers disciples du Christ (Actes 2,42-47).

C’est dans ce but que Jésus, en nos temps apocalyptiques, se choisit « une royauté de prêtres » non traditionnels (Apocalypse 1,6 et 5,10). Cette catégorie de fidèles est formée de ceux qui entendent Jésus frapper à la porte de leur coeur et qui Lui ouvrent afin qu’Il entre partager avec eux le Repas nuptial (Apocalypse 3,20 / Luc 12,35-37). Telle est la Fleur des fleurs du culte agréé par le Père.

7. Dieu, dans l’Évangile, nous invite à prendre conscience du fait que le lieu du culte n’est pas un bâtiment de béton et de pierres dans un lieu géographique précis, mais le coeur du croyant lui-même:

« Ne savez-vous pas que vous êtes le Temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous… le Temple de Dieu est sacré et ce Temple c’est vous. » (1 Corinthiens 3,16-17)

« Quel accord entre le Temple de Dieu et les idoles? Or, c’est nous qui sommes le Temple du Dieu vivant ainsi que Dieu l’a dit: J’habiterai au milieu d’eux et J’y marcherai; Je serai leur Dieu et ils seront mon peuple' » (2 Corinthiens 6,16)

« …vous êtes de la maison de Dieu. Car la construction que vous êtes, a pour fondations les Apôtres, les Prophètes et pour pierre d’angle le Christ Lui-même. En Lui, toute construction s’ajuste et grandit en un Temple Saint… pour devenir une demeure de Dieu, dans l’Esprit » (Ephésiens 2,19-22)

8. Ainsi, le culte à offrir à Dieu est un acte spirituel. Il diffère totalement des cultes matériels: sacrifice d’animaux, encensements, etc… St Paul rend « un culte spirituel en annonçant l’Évangile de Son Fils » (Romains 1,9).

Les Saintes Écritures révèlent un temps nouveau défini comme étant « le Ciel Nouveau et la Terre Nouvelle et la Jérusalem Nouvelle qui descend du Ciel » dans laquelle « il n’y a point de temple car le Seigneur, le Dieu Maître de tout est son Temple ainsi que l’Agneau » (Apocalypse 21,1 et 21,22).

9. Le Saint Coran, à son tour, invite les vrais adorateurs au culte en esprit et à renoncer aux sacrifices des animaux en faveur de la piété. Parlant des sacrifices, nous y lisons:

« Dieu n’est touché ni par leur chair, ni par leur sang mais Il est touché par votre piété. » (Coran XXII; Le Pèlerinage, 37)

En conclusion, le culte unique désiré par Dieu est l’attitude de l’homme: croître en connaissance et en amour de Dieu et de l’homme. Il désire des adorateurs décomplexés des différents rites. Le lieu unique de ce culte est le coeur de l’homme qui s’exprime autour de la Table divine de Jésus dans l’intimité des foyers. La Bible et le Coran nous y invitent. (Voir le texte « Jésus restaure la Prêtrise »).

« Pour toi », recommande Jésus, « quand tu pries, retire-toi dans ta chambre, ferme sur toi la porte, et prie ton Père qui est là, dans le secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » (Matthieu 6,6)

L’écrivain de ces lignes ainsi que les lecteurs qui s’en imprègnent rendent un culte spirituel au Père Éternel dans le Temple de leur âme.

« Ce sont là les vrais adorateurs tels que les veut le Père. » (Jean 4,23)