Dans le journal « LE MONDE » du vendredi 23 août 2002, page 7, parut un article: « Deux archéologues contestent la réalité historique de la Bible ». Il y est question d’un livre, « LA BIBLE DEVOILEE » (Bayard), écrit par deux archéologues juifs, Israël Finkelstein, un archéologue israélien bien connu, professeur à l’université de Tel-Aviv, et par son collaborateur, Neil Asher Silberman. Ces auteurs, explique l’article, « n’ont aucun doute sur l’inauthenticité des grands récits fondateurs. Pour eux, la Bible est une géniale reconstruction, littéraire et politique, de toute l’histoire du peuple juif, qui correspond à l’émergence du royaume de Juda ». Ce livre vient de sortir en France; il est traduit de l’original anglais. Il y a un an, il a été mis à l’index aux États-Unis dans les milieux traditionalistes.

Cette « reconstruction » qui est une re-manipulation de la Bible se passa donc sous le règne du roi de Juda, Josias, qui régna de 640 à 609 avant J.-C., comme vous l’avez lu dans le cours biblique, et qui fut vaincu par le pharaon « Néko » à Megiddo en 609. Josias voulait unifier les deux parties du peuple israélite: ceux du Sud, fondé par David et ceux du Nord qui formaient le Royaume d’Israël fondé, comme vous le savez, par Jéroboam (1 Rois 12).

Josias voulut rétablir le culte juif au Temple de Salomon. Il décida de le restaurer. Durant les oeuvres de rétablissement, le grand prêtre « Hilqiyya » (ou Hilqiyyahu) trouva un livre mystérieux: Le Livre de la Loi (Torah). Il décida de s’en référer au Roi Josias (2 Rois 22,8-13). En vertu de ce qui fut écrit dans ce Livre, le Roi décida une réforme totale sur le territoire de Juda aussi bien que sur celui d’Israël, dans une tentative de réunifier les deux fractions du peuple -celle du Sud: Juda, et celle du Nord: Israël- afin qu’il n’y ait « qu’un seul peuple (juif); un seul roi (réunification des deux royaumes divisés par Jéroboam); un seul Dieu; une seule capitale, Jérusalem et un seul Temple, celui de Salomon ». Il fallait, pour y arriver, faire violence au territoire du Nord et détruire le temple du Nord et les divers lieux de culte qui se trouvent au Nord comme au Sud, afin que ne subsistât que le seul Temple de Salomon (2 Rois 23).

Mais il a fallu faire violence aussi au texte du « livre de la Loi » lui-même, lui faisant dire ce qui convenait au plan expansionniste de Josias. L’article susmentionné, comme nous l’avons dit, explique que les deux auteurs du livre en question « n’ont, en effet, aucun doute sur l’inauthenticité des grands récits fondateurs. Pour eux, « la Bible est une géniale reconstruction, littéraire et politique, de toute l’histoire du peuple Juif… C’est une clé révolutionnaire d’interprétation de la Bible que proposent Israël Finkelstein et Neil Silberman » de ces « récits légendaires amplifiés, enjolivé, pour servir le projet du Roi Josias de réconcilier les deux royaumes israélites et de s’imposer face aux grands empires régionaux, l’Assyrie, l’Égypte, la Mésopotamie ». L’article révèle encore qu’un autre professeur d’archéologie à l’université de Tel-Aviv, Zeev Herzog, avait déjà découvert qu' »aucune démarche scientifique ne prouve la réalité de cette sortie d’Égypte, des grandes années d’errance dans le désert et de la conquête de la Terre promise ».

« Le Monde », enfin, explique que « des sites bibliques aussi célèbres que Beerséba et Edom n’existaient pas à l’époque de l’Exode. Et aucun roi ne se trouvait à Edom pour affronter les Israélites. Conclusion des auteurs: ‘les sites mentionnés dans l’Exode ont bien existé. Certains étaient connus et furent apparemment occupés, mais bien après le temps présumé de l’Exode, bien après l’émergence du royaume de Juda, quand les textes du récit biblique furent composés pour la première fois’ « . Les auteurs du livre, ainsi que d’autres chercheurs, font partie « des révisionnistes accusés de fournir des arguments aux Palestiniens » en démontrant par l’archéologie et l’historique que la Jérusalem des Rois, n’était, à l’époque de David et de Salomon, qu’un tout petit village. Ces révisionnistes ont démontré encore que « Jéricho était vide lors de l’arrivée des Hébreux et que les fameuses trompettes relevaient de l’écriture épique, non militaire », et non pas de l’Écriture Sainte inspirée par Dieu!

Cela me poussa à acheter le livre des deux archéologues. En le parcourant, je lis en page 37, que les auteurs vont « reconstruire l’histoire telle que nous la révèlent les découvertes archéologiques qui restent l’unique source à n’avoir subi ni purge, ni remaniement, ni les censures exercées par de nombreuses générations de scribes bibliques ». Cette précieuse information scientifique concernant l’intervention des scribes dans les textes bibliques m’éclaira sur la « plume mensongère des scribes » dont parle Jérémie. Ainsi, d’une lumière archéologique, jaillit dans ma tête une autre, sa jumelle, sur l’intervention du prophète Jérémie et de sa colère, comme celle de Jésus, contre les scribes et les Pharisiens qui blessèrent la pureté de la Bible par la pointe de « leurs plumes mensongères » maudites. Je désire vous en faire part.

J’ai voulu connaître Jérémie de plus près, établir un lien direct entre lui et les événements de son époque. Il est « le fils de Hilkiyyahu, l’un des prêtres demeurant à Anatot », non loin de Jérusalem (Jérémie 1,1). La Parole de YHVH lui fut adressée « aux jours de Josias », l’époque qui nous concerne. Or Hilkiyyahu est ce grand prêtre que Josias chargea de restaurer le Temple; c’est lui qui y trouva ce mystérieux livre de la Loi (2 Rois 22,3-8). Il le remit au secrétaire du roi afin que celui-ci le remette au roi Josias. Après en avoir pris connaissance, le roi décida une réforme religieuse et politique (2 Rois 22,10-13)… La réforme religieuse consista en une destruction systématique des symboles païens qui pullulaient en Judée et à Jérusalem-même, ainsi que ceux qui se trouvaient en Samarie (2 Rois 23,1-19). C’était l’occasion d’unir le pays du Nord au Sud, de le fortifier contre les Assyriens menaçants et de se préparer au combat contre leur alliée: l’Égypte.

Afin d’y parvenir, il fallait motiver le peuple religieusement, faire miroiter à leurs yeux la « splendeur » passée à récupérer, un « empire salomonien » à rétablir, une indépendance et une hégémonie territoriale etc. Tout cela au Nom de YHVH et pour la gloire divine par « son peuple élu ». Le fameux Livre de la Loi retrouvé était justement là pour justifier ces ambitions. Mais il manquait à ce livre l’aspect qui suscite l’enthousiasme militaire. Qu’importe! La plume des scribes était là pour y ajouter le sel, le poivre et le ferment nécessaire pour que « toute la pâte se lève », selon l’expression de Jésus. Les scribes ne manquèrent pas de zèle; ils s’y lancèrent à fond!

Or Jérémie, étant fils de Hilqiyyahu, eut connaissance, par son père, du contenu exact du Livre découvert. Il sut que les scribes s’étaient activés à faire dire à Dieu ce qu’Il n’avait jamais dit concernant les sacrifices et les offrandes qui revenaient aux prêtres. Ceux-ci avaient profité de l’occasion pour introduire aussi dans le Livre de la Loi tout ce qui était matériellement en leur faveur. Voilà pourquoi il s’insurgea contre eux: « Comment pouvez-vous dire: ‘Nous sommes sages et nous avons la Loi de YHVH!’ Vraiment c’est en mensonge que l’a changée le stylet mensonger des scribes! Voilà qu’ils ont méprisé la Parole de YHVH! » (Jérémie 8,8); Il dit encore à ce propos: « Ainsi parle YHVH: …Je n’ai rien dit ni prescrit à vos pères quand Je les ai fait sortir du pays d’Égypte concernant l’holocauste et le sacrifice. Mais voici la prescription que je leur ai faite: Écoutez ma voix, alors je serai votre Dieu et vous serez mon peuple. » (Jérémie 7,22). Mais les scribes et les prêtres ne se contentèrent pas d’écouter la Voix de Dieu; ils convoitèrent les bénéfices à tirer des sacrifices que Dieu ne désirait explicitement pas. Jésus ne manqua pas à son tour de dénoncer les scribes et les pharisiens hypocrites assoiffés de lucre (Matthieu 23). L’on comprend la rancune que vouèrent les auteurs de ces manigances contre Jérémie et contre le Messie…voire contre le Créateur Lui-même!! St Paul avait raison de mettre les croyants en garde contre « les fables juives et les prescriptions de gens qui tournent le dos à la vérité » (Tite 1,14).

Le résultat de ces magouilles fut néfaste pour Josias et le peuple tout entier; Josias périt à « Megiddo ». Jérémie composa ses « Lamentations » sur Jérusalem.

Aujourd’hui se prépare un autre Megiddo, plus ample que celui du passé: un « Har-Megiddo », un grand Megiddo, connu sous le nom d’Harmagedôn. Il se prépare sous l’égide de Bush et de Sharon et compagnie. Il subira un sort encore plus néfaste; Il fut annoncé par Jésus (Luc 21,20-34) et l’Apocalypse qui désigne l’Irak sur l’Euphrate, par deux fois (Apocalypse 9,13-21 / 16,12-16). Bush et ses alliés ont recours aux mêmes méthodes de fermentation des mentalités en prétendant que leur plan militaire est une guerre du bien, incarné par les USA et ses alliés, contre le mal terroriste, incarné par l’Irak et d’autres.

Le Vatican, le Pape Jean-Paul II en tête, a sombré dans la même injustice que celle des scribes en déformant, en faveur de leur politique, les messages que la Vierge Marie donna à la Salette et à Fatima.

Sur ce, je vous laisse lire les textes bibliques et méditer. Et si vous trouvez le livre « La Bible Dévoilée », ne manquez pas de le lire attentivement. Et de bien prier pour ses auteurs et leurs semblables. C’est pour de tels Juifs, souvent « mal branchés » par les sionistes, que notre Père nous demande de prier.