Jésus est le Messie Dieu Incarné. Cette vérité révélée par les livres du Nouveau Testament est la base de notre foi. Il s’est pourtant trouvé des gens qui, tout le long des siècles, ont cherché à détruire cette doctrine en se basant sur les Évangiles. Les « Nicolaïtes » (Apocalypse 2,6), « Arius » au IIIe siècle et les « Témoins de Jéhovah » sont du nombre. Les principaux versets sur lesquels s’appuient les négateurs de la Divinité du Christ sont les suivants:

  1. Jean 14,28: « Le Père est plus grand que moi », dit Jésus: Il n’est donc pas Dieu, puisqu’il lui est inférieur.
  2. Actes 2,22: Jésus… cet homme
  3. Romains 5,15: La grâce confiée à un seul homme.
  4. 1 Timothée 2,5: L’unique médiateur c’est l’homme Jésus-Christ.

Ils concluent par ces versets que le Christ est un homme donc pas Dieu.

Réponse au premier point

Jean commence son Évangile ainsi:

« Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu. Il était au commencement avec Dieu… Et le Verbe s’est fait chair et il a demeuré parmi nous… » (Jean1,1,14).

Le Verbe de Dieu, Jésus, en s’incarnant, s’abaisse au niveau de l’homme en prenant un corps humain. Cette condition humaine est inférieure à la nature divine, mais ne l’annule pas. Jésus est donc homme et Dieu. Il est Dieu incarné. Jésus a donc raison de dire que le Père, en tant qu’Esprit Eternel, est plus grand que Lui comme corps temporel créé.

C’est cela que nous explique Paul dans sa lettre aux Philippiens 2,6-11:

« Jésus, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’anéantit lui-même, prenant condition d’esclave, et devenant semblable aux hommes. S’étant comporté comme un homme, il s’humilia plus encore, obéissant (au plan de Dieu) jusqu’à la mort, et la mort sur une croix! Aussi Dieu l’a-t-il exalté et lui a-t-il donné le Nom (divin) qui est au-dessus de tout nom, pour que tout, au nom de Jésus, s’agenouille, au plus haut des Cieux, sur terre, et dans les enfers, et que toute langue proclame, de Jésus-Christ, qu’il est Seigneur à la gloire de Dieu le Père ».

Réponse aux autres points

Jésus est vraiment homme. Mais cela ne signifie pas qu’il n’est pas Dieu qui prit la « condition d’esclave pour se comporter comme un homme », comme dit Paul dans le texte précédent. Jésus est à la fois Dieu et homme. Sa divinité apparaît dans plusieurs textes évangéliques:

  1. Il est le Verbe de Dieu incarné comme le révèle Jean (Jean 1,1-14).
  2. Jésus dit qu’il existait dès avant Abraham (Jean 8,56-59). Sa gloire était auprès de Dieu « avant la création du monde » (Jean 17,5).
  3. Les Juifs comprirent que Jésus se présentait comme l’égal de Dieu et il ne le nia point (Jean 5,18 / 10,33).
  4. À Philippe qui lui demande: « Montre-nous le Père », Jésus répond: « Qui m’a vu a vu le Père! Comment peux-tu dire montre-nous le Père? » (Jean 14,8-9).
  5. Thomas reconnaît la divinité de Jésus après sa Résurrection et lui dit: « Monseigneur et mon Dieu » (Jean 20,27-29).
  6. « …le Christ est au-dessus de tout, Dieu béni éternellement » (Romains 9,5).
  7. « …En Lui (Jésus) habite la plénitude de la divinité corporellement » (Colossiens 2,6-9).
  8. « Dieu fit les siècles par Jésus » (Hébreux 1,2) « … Jésus est bien supérieur aux anges » (Hébreux.1,4)… « lorsque Dieu introduit le Premier-né dans le monde, Il dit: Que tous les anges de Dieu l’adorent » (Hébreux 1,6). Ceci contredit les Témoins de Jéhovah qui prétendent que Jésus est l’incarnation de l’Archange Michel, vu que « Jésus est bien supérieur aux anges » qui, de surcroît, doivent « l’adorer ».
  9. St Paul dit aussi: La dignité de Jésus est plus grande que celle de Moïse « dans la mesure même où la dignité du constructeur d’une maison est plus grande que la maison elle-même… et Celui qui a tout construit c’est Dieu… ». Jésus est donc le « Constructeur » de Moïse et de l’Univers entier (Hébreux 3,3-4) et le Constructeur n’est autre que Dieu.
  10. « En attendant la bienheureuse espérance et l’Apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, le Christ Jésus… » (Tite 2,13).

La divinité du Messie dans l’Ancien Testament

  1. La nécessité de la venue de Dieu Lui-même sur la terre était vivement ressentie par le prophète Isaïe au VIIIe siècle av.J.-C.. Assoiffé de cette venue, il s’exclama:

    « Ah! si Tu déchirais les cieux et si Tu descendais! » (Isaïe 63,19).

    Les noms attribués au Messie par Isaïe révèlent sa divinité: « Père Eternel » et « Dieu-Fort » (Isaïe 9,5).

  2. Le prophète Ézéchiel vit le Messie comme un être à l’apparence humaine qui avait l’aspect de la gloire de Dieu (Ézéchiel 1,26-28).
  3. Le prophète Michée au VIIIe siècle av.J.-C. révèle que les jours du Messie attendu remontent au jour d’Éternité (Michée 5,1).