L’âme survit après la mort du corps. Tel est l’enseignement de la Révélation divine, dont voici quelques textes:

Survie de l’âme

1 Samuel 28,3-19: L’âme de Samuel, après sa mort, parle à Saül. Certains prétendent qu’il ne s’agit pas de Samuel, mais du démon qui parla à Saül. Or, le texte dit que c’est bien Samuel. Et les prédictions de Samuel se sont accomplies, signe que ce n’était pas le démon menteur.

Matthieu 17,1-8: Moïse et Élie apparaissent auprès de Jésus lors de la Transfiguration. Il est vrai qu’Elie, d’après la Bible, ne mourut pas: il fut enlevé au ciel avec son corps (2 Rois 2,1-13), Moïse, lui, est bien mort (Deutéronome 34,5-7). C’est donc l’âme de Moïse qui apparut.

Luc 16,19-31: Les âmes d’Abraham, du pauvre Lazare et du mauvais riche existent après leur mort.

Luc 23,43: « En vérité, je te le dis, dès aujourd’hui tu seras avec moi au Paradis », dit Jésus au voleur repenti sur la croix.

1 Pierre 3,18-20: L’âme de Jésus, entre sa mort et sa résurrection, visite les âmes mortes dans le passé pour leur annoncer son Avènement.

Apocalypse 6,9: Jean voit les âmes des martyrs.

Résurrection du corps

Matthieu 27,52-53: Les corps de quelques justes ressuscitent après la résurrection de Jésus.

Luc 20,27-39: Jésus répond aux Sadducéens qui ne croyaient pas à la résurrection: « Le Seigneur est le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob. Il n’est pas un Dieu de morts, mais de vivants ». Ce texte explique la survie de l’âme et la résurrection du corps.

Jean 5,28-29: La résurrection des morts révélée par Jésus.

Jean 6,54: Jésus dit: « Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour ».

1 Corinthiens 15,12-57: « Comment certains parmi vous peuvent-ils dire qu’il n’y a pas de résurrection des morts!… ». Paul explique la résurrection des corps et blâme ceux qui n’y croient pas.

Malgré ces confirmations bibliques évidentes sur la survie de l’âme après la mort et la résurrection des corps, certains prétendus croyants n’y croient pas. Leurs arguments sont un tissu d’incohérence.