Jésus avait annoncé à ses Apôtres, à plusieurs reprises, qu’Il retournerait, à la fin des temps, pour mettre de l’ordre dans sa Maison. Ce jour du Retour du Christ fut nommé par les Apôtres et les premiers Chrétiens « le Jour du Seigneur » ou « l’Avènement du Seigneur » (2 Théssaloniciens 2, 1-2).

Comment s’opère ce Retour?
Et pourquoi Jésus revient-Il?
Voilà deux questions qu’il faut élucider.

En résumé:
Comment s’opère ce Retour? Ce Retour ne sera pas dans un corps matériellement visible et saisissable. Jésus revient avec son Corps ressuscité, immatériel, insaisissable par les hommes. Il sera perceptible par le coeur.

Et pourquoi revient-Il? Pour mettre de l’ordre dans sa Maison. Il revient démasquer l’Antichrist et expulser ses alliés lors de cette « épreuve de la fin des temps » qui précède son apparition. Avec ceux qui ont tenu bon face à cette épreuve universelle, Jésus entame une « Restauration Universelle », et rénove la Demeure de Dieu sur terre. Une nouvelle ère spirituelle est ainsi établie dans le monde pour tous les hommes.

Nous allons suivre ce Retour de Jésus en quatre temps:

  1. L’annonce du Retour de Jésus.
  2. Comment s’opère le Retour de Jésus?
  3. Les motivations du Retour de Jésus.
  4. La date du Retour de Jésus.

L’annonce du Retour de Jésus

Jésus répéta à maintes reprises, et sous différentes formes, qu’Il reviendrait sur terre pour un jugement:

« Quand le Fils de l’Homme viendra, trouvera-t-Il la foi sur terre »? (Luc 18,8).

« …Quand le Fils de l’Homme viendra dans sa gloire… » (Luc 9,26)

« Soyez semblables à des gens qui attendent leur Maître à son Retour des noces » (Luc 12,35)

« …Quel sera le signe de ton Avènement et de la fin du monde? » (Matthieu 24,3)

« …L’on verra le Fils de l’Homme venir sur les nuées du Ciel… » (Matthieu 24,30)

« Comme les jours de Noé, ainsi sera l’Avènement du Fils de l’Homme » (Matthieu 24,37)

« Heureux l’homme que le Maître à son arrivée trouvera à sa tâche… » (Matthieu 24,46)

« Vous verrez le Fils de l’Homme venir sur les nuées du Ciel… » (Matthieu 26,64)

« Si Je voulais qu’il (Jean) reste jusqu’à mon Retour, qu’est-ce que cela te fait »? (Jean 21,22)

« Grâce et paix vous soient données par: Il Est, Il Etait et Il Vient…Le voici qui vient escorté des nuées, chacun Le verra… » (Apocalypse 1,4-7)

« …ce que vous avez, tenez-le ferme jusqu’à mon Retour » (Apocalypse 2,25)

« …si tu ne veilles pas, Je viendrai comme un voleur sans que tu saches à quelle heure Je te surprendrai… Mon Retour est proche » (Apocalypse 3,3 / 3,11)

« Voici que Je me tiens à la porte (du coeur) et Je frappe… » (Apocalypse 3,20)

Les Apôtres, et les premiers Chrétiens après eux, s’attendaient à un Retour imminent de Jésus, croyant que cela serait en leur temps. C’est pourquoi Paul les met en garde contre cette attente, leur expliquant que l’Homme Impie (l’Antichrist) doit d’abord paraître:

« Nous vous le demandons, frères, à propos de l’Avènement de Notre Seigneur Jésus, le Christ, […] ne vous laissez pas trop vite agiter l’esprit ni alarmer par des paroles prophétiques […] comme venant de nous, et qui vous feraient penser que le Jour (du Retour) du Seigneur est déjà là […] Auparavant doit venir l’Apostasie, et se révéler l’Homme Impie, l’Adversaire (du Christ: l’Antichrist) […] Le Seigneur le fera disparaître par le souffle de sa Bouche, l’anéantira par le resplendissement de sa Venue… » (2 Thessaloniciens 2,1-8)

Ces versets inspirés indiquent bien que Jésus reviendra, que l’Antichrist Le précèdera mais qu’il sera anéanti à jamais par le Retour glorieux du Christ.

Comment s’opère le Retour de Jésus

St Paul nous éclaire dans sa lettre aux Hébreux. Après avoir confirmé la seconde apparition de Jésus, il explique comment cela se fera:

« Le Christ après s’être offert une seule fois pour enlever les péchés d’un grand nombre, apparaîtra une seconde fois -hors du péché- à ceux qui l’attendent, pour leur donner le salut » (Hébreux 9,28). Cette prophétie est claire: c’est « après » s’être offert en sacrifice sur la croix une première fois, que le Christ apparaîtra une seconde fois. Mais cette seconde manifestation du Christ se fera:

  1. « Hors du péché »;
  2. Exclusivement « à ceux qui l’attendent… »;
  3. « Pour leur donner le salut ».

Voyons de plus près chacun de ces 3 points:

« Hors du péché »

Pour Paul, le péché ici signifie le corps humain, car, par le corps, l’homme est exposé au péché. Il aurait pu dire: « Le Christ apparaîtra une seconde fois hors du corps ». En effet, dans 2 Corinthiens 5,21 Paul écrit: « Celui (Jésus) qui n’avait pas connu le péché, Il (Dieu) l’a fait péché pour nous… ». C’est-à-dire qu’Il L’a fait corps pour le rendre accessible à l’homme. Cela veut dire que Jésus prit un corps qui, comme tous les corps humains, est soumis au péché. Mais n’ayant jamais commis de péché, et ayant accompli, jusqu’au supplice de la croix, la Volonté du Père, Il triompha du péché dans son corps.
Paul explique ainsi sa pensée: « Dieu, en envoyant son propre Fils avec une chair semblable à celle du péché, a condamné (par l’impeccabilité du Christ) le péché dans la chair » (Romains 8,3). Aux Galates, Paul écrit encore: « Le Christ nous a rachetés de cette malédiction de la Loi, devenu Lui-même malédiction pour nous afin qu’aux païens passe, dans le Christ Jésus, la bénédiction d’Abraham » (Galates 3,13-14). Jésus est devenu « malédiction » pour nous en prenant un corps humain, s’exposant ainsi aux dangers corporels, dont le plus manifeste fut qu’il put être saisi, corporellement, et crucifié. Ce fait est considéré par les Juifs comme une malédiction: « Nous l’estimions châtié, frappé par Dieu (maudit)… » disait Isaïe (53,4). Beaucoup de Juifs contemporains croient encore que Jésus est maudit par Dieu parce qu’il a été saisi et crucifié.

Le Retour du Christ ne sera pas semblable à son incarnation. Il apparaîtra hors du corps. Ce sera dans la conscience, « hors du péché », sans corps humain, physiquement insaisissable cette fois par ses ennemis, qu’Il se manifestera: « …le Seigneur Jésus se révèlera du haut du Ciel avec les anges de sa puissance (les Apôtres des derniers temps) », dit Paul (2 Thessaloniciens 1,7).

Jésus revient sans faire de bruit, « comme un voleur ». Seuls ceux qui guettent son Retour Le verront. Il nous avait prévenus: « Je reviens comme un voleur » (Apocalypse 3,3). Les Apôtres avaient bien compris cela et nous avaient avisés (1 Thessaloniciens 5,2 / 2 Pierre 3,10 / Apocalypse 16,15). Ce Retour béni est éthéré; il se passe dans la conscience.

Ainsi donc, Jésus ne sera plus soumis aux vicissitudes et aux dangers corporels. Cette dimension spirituelle du retour du Christ est révélée déjà par Daniel qui vit le Fils de l’Homme venir « sur les nuées du ciel » (Daniel 7,13), puis par Jésus Lui-même (Matthieu 26,64). Les nuées évoquent bien la dimension immatérielle de ce Retour. C’est là, dans l’âme et la conscience, que le Christ « descendra du Ciel » pour se manifester à ses élus: « Lui-même, le Seigneur, au signal donné par la voix de l’Archange et la trompette (apocalyptique) de Dieu, descendra du Ciel » (1 Théssaloniciens 4,16). C’est par son Corps spirituel invulnérable que Dieu envoie de nouveau Jésus, son Messie, compléter, de nos jours, par le Livre de l’Apocalypse, la Restauration entamée par l’Évangile il y a 2000 ans.

« À ceux qui l’attendent »

Le Christ revient d’abord chez « ceux qui l’attendent », les « vierges sages » (Matthieu 25,5-7). Il en fait ses Apôtres des derniers temps. Qui sont-ils?

Ce sont des gens assoiffés d’amour, de vérité et de justice; ils L’attendent…souvent à leur insu. Ce sont peut-être de pauvres pécheurs, comme l’étaient certains de ces premiers Apôtres (Luc 5,8), mais qui reprennent vie avec l’ouverture du Livre de l’Apocalypse, ce « Livre » qualifié de Livre de la Vie (Apocalypse 20,12). Il redonne la Vie spirituelle à ceux qui sont capables d’identifier la Bête et de lui résister. Nul n’aurait identifié cette « Bête » si Jésus n’en avait Lui-même révélé l’identité le 13 mai 1970. (Lire le texte: La clé de l’Apocalypse).

En ces temps apocalyptiques, Jésus porte « un nom nouveau » (Apocalypse 3,12). Ceux qui découvrent ce nouveau nom ainsi que le nom de la Bête (Apocalypse 13,18) et la combattent, sont ceux qui attendent Jésus. C’est à eux seuls qu’Il commence déjà à se manifester, pour les sauver de la séduction de l’Antichrist, qui n’est autre que « la Bête » de l’Apocalypse…

Déjà dans le passé, le Christ ne se révélait qu’à une élite (Actes 10,40-41). À la Transfiguration, Il ne se manifesta qu’à Pierre, Jacques et Jean (Matthieu 17) et, ressuscité, Il apparut d’abord à Marie-Madeleine puis aux Apôtres. Par la suite Il apparut à Paul pour en faire son apôtre. Mais Il ne s’est jamais manifesté aux membres du Sanhédrin, par exemple, ni séparément à Caïphe pour le convaincre. N’avait-il pas dit: « Le monde ne me verra plus. Mais vous, vous me verrez… Celui qui M’aime sera aimé de mon Père et Je l’aimerai et Je me manifesterai à lui » (Jean 14,19-21). « Bienheureux les coeurs purs car ils verront Dieu. » (Matthieu 5,8).

Aujourd’hui aussi, Jésus ne se remanifeste qu’à ceux qui l’aiment et « l’attendent ». Toutefois, l’Apocalypse dit que « tout oeil le verra, même ceux qui L’ont transpercé » (Apocalypse 1,7). Ses ennemis Le verront donc aussi, c.-à-d. qu’ils comprendront enfin, confondus et honteux, que Celui qu’ils ont rejeté, combattu et crucifié n’était autre que le seul vrai Messie. Après sa Résurrection et l’expansion de son Évangile, le Sanhédrin et tous les Juifs qui lui étaient opposés virent Jésus dans leur for intérieur les juger par ses triomphes (Matthieu 26,64). De nos jours, l’Antichrist et ses alliés Le verront, eux aussi, après leur défaite, les condamnant dans leur conscience: alors « sur lui se lamenteront toutes les races de la terre » (Apocalypse 1,7). Cette lamentation est le lot de ceux qui, consciemment ou inconsciemment, auront combattu Jésus en s’alliant à l’Antichrist.

C’est souvent à leur insu, dans le profond du subconscient, qu’amis et ennemis du Christ agissent pour ou contre Lui. Ce grand enseignement nous est donné par Jésus dans la parabole de Matthieu 25,31-46 concernant le jugement: ni les bons ni les mauvais ne savaient que leur comportement envers leur prochain était de fait envers le Christ Lui-même.

Les vrais amis de Jésus sont ceux qui Lui auront prouvé leur amour durant l’épreuve apocalyptique qui s’est déjà abattue « sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre » (Luc 21,34-36 / Apocalypse 3,10).

« Pour leur donner le salut »

En quoi consiste ce salut?

Il consiste à réussir dans l’épreuve universelle sous le règne de l’Antichrist. En effet, Dieu permet à cet ennemi du Christ d’apparaître avec puissance, en cette fin des temps, pour éprouver les croyants et révéler le fond des coeurs. Paul explique cela en disant: « Sa venue à lui, l’Impie (l’Antichrist, la « Bête »), aura été marquée par l’influence de Satan… à l’adresse de ceux qui sont voués à la perdition pour n’avoir pas accueilli l’amour de la vérité… Voilà pourquoi Dieu leur envoie une influence qui les égare (la Bête), qui les pousse à croire le mensonge, en sorte que soient condamnés tous ceux qui auront refusé de croire la Vérité et pris parti pour le mal » (2 Thessaloniciens 2,9-12).

Le salut résulte du soutien du Christ lors de cette épreuve finale: « Puisque tu as gardé ma consigne de constance, à mon tour Je te garderai de l’heure de l’épreuve qui va fondre sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre. Mon retour est proche; tiens ferme ce que tu as, pour que nul ne ravisse ta couronne » (Apocalypse 3,10-11). Cette épreuve sévit actuellement dans le monde par l’apparition de l’État sioniste.

Notre couronne est préservée en gardant indéfectible notre « témoignage pour Jésus » (Apocalypse 19,10). Ce témoignage est « Non, à Israël », car reconnaître cet État qui refuse Jésus et attend un autre Messie, c’est renier Jésus comme unique Messie.

Un très « grand nombre » n’a tenu aucun compte des recommandations de vigilance: « Prenez garde qu’on ne vous abuse… Par suite de l’injustice croissante, l’amour se refroidira chez le grand nombre. Mais celui qui aura tenu bon jusqu’au bout, celui-là sera sauvé », avait prévenu Jésus (Matthieu 24,4-13). Malgré cela, la majorité des « disciples » de Jésus, chefs en tête, se sont ralliés à la cause de l’Antichrist.
La signature de l’accord entre le Vatican et Israël, le 30 Décembre 1993, illustre parfaitement ce « refroidissement de l’amour chez le grand nombre », prévu par Jésus (Matthieu 24,12) et répété par Lui-même dans l’Apocalypse (Apocalypse 2,4): « J’ai contre toi que tu as perdu ton amour d’antan ». C’est pourquoi, Jésus, non sans amertume, avait demandé: « Mais le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre? » (Luc 18,8). Les soi-disant disciples du Christ deviennent complices de l’Antichrist! Ils se lamenteront ensemble après le triomphe de Jésus, réalisant leur honteuse « situation finale » (Matthieu 12,43-45). C’est à ces renégats que Jésus s’adresse dans l’Apocalypse: « Tu passes pour vivant, mais tu es mort… Je n’ai pas trouvé ta vie bien pleine… Je viendrai comme un voleur, sans que tu saches à quelle heure je te surprendrai » (Apocalypse 3,1-3).

Les motivations du Retour de Jésus

Le Christ revient pour deux raisons:

  1. Pour démasquer l’Antichrist, la Bête de l’Apocalypse.
  2. Pour établir la Restauration Universelle annoncée par Pierre.

Pour démasquer l’Antichrist, la Bête de l’Apocalypse

Nous avons vu que Paul avait annoncé l’apparition de l’Antichrist qu’il nomma l’Homme Impie, l’Adversaire, etc… (2 Thessaloniciens 2,3-12). De son côté, Jean, lui aussi, avait mis en garde contre l’Antichrist (voir 1 Jean 2,22 / 2 Jean 1,7-11). Il en parle encore dans l’Apocalypse où il est symbolisé par la « Bête » (Apocalypse 13 et 17).
Le Christ est apparu le 13 mai 1970 à un prêtre pour lui révéler l’identité de cette Bête. Cette apparition est une forme du Retour du Christ, elle inaugura ce Retour en démasquant l’Antichrist. (Se référer au texte: « La Clé de l’Apocalypse »).

La Restauration Universelle

S’adressant aux Juifs autrefois, Pierre dit:

« Repentez-vous afin que le Seigneur fasse venir le temps du répit. Il enverra alors le Messie qui vous a été destiné, Jésus, Celui que le Ciel doit garder jusqu’au temps de la restauration universelle… » (Actes 3,19-21).

Deux points sont importants dans ce texte:
Dieu « enverra le Messie »: le verbe est au futur. Il l’enverra donc de nouveau. Il s’agit du Retour de Jésus.

Le Ciel doit garder le Messie pour un temps; Celui-ci doit retourner dans un but bien précis: après avoir démasqué et anéanti l’Antichrist, Il opèrera une restauration universelle sur terre.

Pour en savoir davantage, se référer au texte: « La Restauration Universelle ».

La date du Retour de Jésus

Cette date, dit Jésus, est inconnue. Elle sera, toutefois, précédée de signes annonciateurs dits « les Signes des Temps ». Jésus nous invite à reconnaître ces Signes:

La date est inconnue: Jésus dit en effet:

« Quant à la date de ce jour, et à l’heure, nul ne les connaît, ni les anges des Cieux, ni le Fils, personne que le Père seul » (Matthieu 24,36).

Les Signes annonciateurs:

« Lorsque vous verrez tout cela (ces événements) rendez-vous compte qu’Il (le Fils de l’Homme, Jésus) est proche, aux portes » (Matthieu 24,33).
Voir le texte « les Signes du Retour de Jésus ».

Les Apôtres crurent ce Retour imminent car Jésus avait dit:

« Cette génération ne passera pas que tout cela ne soit arrivé » (Matthieu 24,34).

Mais Jésus signifiait par là la destruction du Temple de Jérusalem dont Il avait prédit la destruction:

« Ses disciples lui firent remarquer les constructions du Temple. Mais Il leur répondit: Vous voyez tout cela, n’est-ce pas? en vérité je vous le dis, il ne restera pas ici pierre sur pierre: tout sera détruit » (Matthieu 24,1-2).

Ce Temple fut, en effet, détruit en l’an 70 par Titus, environ 35 ans après la prophétie.

Saint Paul lui-même s’attendait au Retour du Christ à son époque:

« Voici en effet ce que nous avons à vous dire, sur la Parole du Seigneur. Nous, les vivants, nous qui serons encore là pour l’Avènement du Seigneur… » (1 Thessaloniciens 4,15).

Cette « Parole du Seigneur » à laquelle Paul se réfère est:

« Cette génération ne passera pas que tout cela ne soit arrivé » (Matthieu 24,34).

Les Croyants s’impatientaient de ne pas voir le Christ déjà de Retour en leur temps. Saint Pierre les reprend:

« Le Seigneur ne retarde pas l’accomplissement de ce qu’Il a promis, comme certains l’accusent de retard, mais Il use de patience envers vous, voulant que personne ne périsse, mais que tous arrivent au repentir. Il viendra, le Jour du Seigneur, comme un voleur; en ce Jour, les cieux se dissiperont avec fracas… » (2 Pierre 3,9-10).

De son côté, Paul se reprend et nuance ses paroles en disant aux Croyants, qu’avant le Retour du Christ doit apparaître son Ennemi, l’Impie que Jean appelle l’Antichrist:

« À propos de l’Avènement de notre Seigneur Jésus-Christ… ne vous laissez pas trop vite agiter l’esprit ni alarmer par des paroles prophétiques… comme venant de nous, et qui vous feraient penser que le Jour du Seigneur est déjà là… Auparavant doit venir l’Apostasie et se révéler l’Homme impie, l’Adversaire (l’Antichrist)… » (2 Thessaloniciens 2,1-4).

Le Livre de l’Apocalypse est consacré au Retour du Christ et à l’apparition de l’Antichrist. Son mystère, comme le Jour du Seigneur, n’est connu que de Dieu seul:

« Nul n’était capable, ni dans le Ciel, ni sur la Terre » d’en découvrir le mystère (Apocalypse 5,3).

Le premier signe du Retour du Christ fut le jour, le 13 mai 1970, où Il apparut pour révéler l’identité de la Bête, l’Antichrist. (Voir le texte: « La Clé de l’Apocalypse »).
Le Jour du Seigneur est déjà là. Son Retour est entamé, Il est reconnaissable par l’ouverture de l’Apocalypse et par les événements prophétisés qui se déroulent actuellement dans le Monde. Heureux ceux qui veillent pour L’accueillir.