Un jeune couple croyant chrétien nous demande de baptiser leur fils âgé de 3 mois.

Notre réponse:

Nous avons souligné l’inutilité, aujourd’hui, en cette fin des temps prédite par Jésus, du baptême par l’eau en faveur de celui en Esprit prescrit par Jésus Lui-même.

Dans l’Histoire, le rituel qui précéda le baptême était la circoncision pour les Juifs. Cette pratique est encore en vigueur chez eux. Il est impensable pour un Juif, comme pour un Musulman, de ne pas être circoncis. Il n’a donc pas été facile pour les Juifs qui crurent en Jésus comme Messie de renoncer à cette pratique inutile au salut. St Paul, après avoir cru en Jésus, eut du mal à convaincre les Juifs de l’inutilité de la circoncision. Il enseigne aux Galates: « La circoncision n’est rien, ni l’incirconcision; il s’agit d’être une créature nouvelle » (Galates 6,15). « Si je prêche encore la circoncision, pourquoi suis-je persécuté (par les Juifs) » (Galates 5,11). Et aux Romains: « …la circoncision n’est pas au-dehors dans la chair, le vrai Juif l’est au-dedans et la circoncision dans le coeur, selon l’esprit et non selon la lettre: voilà celui qui tient sa louange non des hommes, mais de Dieu » (Romains 2,28-29).

Bien avant Paul, le prophète Jérémie (VIe siècle avant J.-C.) avait invité les Juifs à la compréhension spirituelle de la circoncision: « Circoncisez-vous… enlevez le prépuce de vos coeurs » (Jérémie 4,4). Et que penser des femmes qui n’ont pas à subir la circoncision? N’ont-elles pas droit à la Vie Eternelle?

La circoncision, dès le départ, comme le baptême, est donc une notion spirituelle non physique, un symbole. Elle désigne la purification de l’âme, de l’esprit, de notre conception de la vie et de notre engagement spirituel. Or, pouvons-nous nous engager sans connaissance? Nous lancer aveuglément par ignorance? La foi n’est pas une hérédité, mais une option personnelle due à la connaissance de la Vérité. L’ignorance du Christ conduit les Juifs à la circoncision physique et les Chrétiens à se suffire du baptême par l’eau, ignorant la dimension spirituelle acquise uniquement par la connaissance: « La Vie éternelle c’est qu’ils Te connaissent, Toi, le seul véritable Dieu, et Ton Envoyé, Jésus le Messie » (Jean 17,3). Pouvons-nous honnêtement croire que tous les baptisés sont automatiquement sauvés quoiqu’ils aient fait?!

L’Avènement de Jésus nous fit passer de la circoncision au baptême car l’eau symbolise la purification. Ceux qui crurent en Lui comme Messie évoluèrent vers le baptême par l’eau. Or Jésus avait déjà dit à Nicodème: « …à moins de naître d’eau et d’Esprit, nul ne peut entrer au Royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, ce qui est né de l’Esprit est esprit » (Jean 3,5).

Par Jésus, nous avons évolué vers une compréhension spirituelle de la purification de l’âme.

Il est vrai que Joseph et Marie soumirent Jésus à la circoncision. Mais ils n’avaient pas encore été instruits par leur Fils. Il est vrai aussi que Jésus dit aux Apôtres: « Tout pouvoir M’a été donné au Ciel et sur la terre. Allez donc, de toutes les nations faites des disciples (non seulement parmi les Juifs), les baptisant au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et Moi, Je suis avec vous pour toujours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28,18-20). Jésus ne prescrit pas de baptiser par l’eau mais « en leur apprenant », donc par l’enseignement qui accorde la connaissance, car « la Vie éternelle est de connaître Dieu et son Messie » comme dit Jésus (Jean 17,3). Le clergé se suffit du catéchisme, une fausse science qui n’apporte pas la nourriture spirituelle solide de la vraie connaissance par la Bible. Nous avons connu des catéchistes qui ignoraient jusqu’au nombre des Évangiles et les noms de leurs auteurs.

Aujourd’hui nous sommes invités à dépasser le baptême de l’eau, à passer de celui-ci à celui de l’option personnelle par la connaissance. Les Chrétiens ne savent plus répondre à la question si simple: « Pourquoi es-tu Chrétien (ne)? » Ils ne connaissent pas vraiment le Christ. Auraient-ils CHOISI librement d’être chrétien s’ils étaient nés dans une famille non chrétienne? Leur baptême d’eau est sans aucune valeur salutaire dans leur vie spirituelle nonchalante, et des non baptisés, menant une vie pure, auront à les juger. Ainsi, Paul disait aux Juifs de Rome: « Celui qui physiquement incirconcis accomplit la Loi te jugera, toi qui, avec la lettre et la circoncision transgresse la Loi » (Romains 2,26-29). De même, nous disons, dans ce même esprit, que celui qui, tout en n’étant pas baptisé, accomplit les préceptes de Dieu, jugera le baptisé qui ne les accomplit pas.

À ce jeune couple croyant chrétien qui me demande de baptiser leur fils âgé de 3 mois, je leur dis: « C’est à vous de le baptiser par la connaissance au fur et à mesure qu’il grandit. Regardez ce petit L. de 7 ans qui tient sa petite Bible en main. Il a réussi à trouver Jérémie, l’Évangile de Jean etc…. Il a lu avec nous. C’est cela le vrai baptême opéré en lui par ses parents, le Baptême (avec « B ») auquel nous invite le Livre de l’Apocalypse en nous demandant de reconnaître l’identité de la Bête, l’Antichrist: « C’est ici qu’il faut de la finesse (de l’esprit, du discernement)! Que l’homme doué d’Esprit calcule le chiffre de la Bête… » (Apocalypse 13,18). Ce baptême de discernement rend la mort spirituelle impuissante sur nous: « Ceux qui refusèrent d’adorer la Bête et son image… régnèrent avec le Christ… C’est la première résurrection! La seconde mort n’a point pouvoir sur eux, mais ils seront Prêtres de Dieu et du Christ… » (Apocalypse 20,4-6). Il n’y a donc plus de distinction entre hommes et femmes: tous ceux et toutes celles qui ont compris les signes des temps et l’identité de l’Antichrist deviennent prêtres capables d’accueillir le divin Sauveur chez eux autour de sa sainte Table (Apocalypse 3,20) ».

Le baptême, aujourd’hui, est en esprit. Car ceux qui luttent contre cette « Bête » apocalyptique, l’Antichrist, « ont le pouvoir de changer l’eau (du baptême) en sang (de leur martyre en témoignant contre la Bête) » (Apocalypse 11,6). Le Baptême est un choix d’adultes à passer aux enfants par la connaissance des prophéties bibliques annonçant l’avènement du Christ puis celui de son ennemi, l’Antichrist. Un engagement de toute la vie terrestre pour mériter LA VIE éternelle.

Mais comment connaître la Bible? L’apôtre Philippe, voyant l’Éthiopien lire la Bible, lui demanda: « Comprends-tu donc ce que tu lis? » Celui-ci répondit: « Et comment le pourrais-je si personne ne me guide? ». Et il invita Philippe à s’asseoir près de lui » (Actes 8,31-39). C’est après avoir été instruit que l’Éthiopien demanda le baptême. Il incombe donc aux baptisés en esprit d’assumer leur engagement en enseignant comme le prescrivit Jésus (Matthieu 28,19-20).

Il faut ajouter également le témoignage de Jean-Baptiste: « Pour moi, je vous baptise dans l’eau…, Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le Feu » (Luc 3,16).

Soulignons que Jésus ne baptisait pas, ce sont ses disciples qui pratiquaient ce rite: « …bien qu’à vrai dire, ce ne fut pas Jésus qui baptisait, mais ses disciples » (Jean 4,1). Ceci démontre que Jésus ne voulait pas entretenir un baptême d’eau, étranger à l’Esprit de notre Père.

« Pierre », après son discours chez Corneille (un Romain non juif), « parlait encore quand l’Esprit Saint tomba sur tous ceux qui écoutaient la parole. Et tous les croyants circoncis qui étaient venus avec Pierre furent stupéfaits de voir que le don du Saint Esprit avait été répandu aussi sur les Païens (sans avoir été baptisés). Ils les entendaient en effet parler en langues et magnifier Dieu. Alors Pierre déclara: « Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu l’Esprit Saint aussi bien que nous? ». Et il ordonna de les baptiser au nom de Jésus Le Christ. Alors ils le prièrent de rester quelques jours avec eux. » (Actes 10,44-48). Il faut remarquer que l’Esprit Saint fut déjà répandu sur Corneille et les siens avant qu’ils ne fussent baptisés! À quoi leur servit donc le baptême d’eau ensuite? N’avaient-ils pas déjà reçu l’Esprit Saint?

Le Baptême en Esprit, en cette fin des temps, fut annoncé par les Saintes Ecritures. Dans son discours, Pierre reprend la prophétie de Joël (Actes 2,17-21 et Joël 3,1-5): « Il se fera dans les derniers jours, dit le Seigneur, que je répandrai de mon Esprit sur toute chair. Alors leurs fils et leurs filles prophétiseront… Et moi, sur mes servantes et sur mes servants (pas de distinction hommes et femmes), je répandrai de mon Esprit…Le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang avant que vienne le jour du Seigneur, ce grand jour » (Matthieu 24,29 / Apocalypse 6,12). Et quiconque alors invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. Qui invoque le Seigneur dans l’Esprit du Seigneur est déjà baptisé, sans passer par l’eau, comme le furent Corneille et les siens.

Jésus révéla ce baptême spirituel en parlant à Nicodème: « À moins de naître d’En-Haut, nul ne peut voir le Regard de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, ce qui est né de l’Esprit est esprit… Il nous faut naître d’En-Haut… Ainsi en est-il de quiconque est né de l’Esprit. » (Jean 3,4-8).

Est né de l’Esprit quiconque:

  1. reconnaît en Jésus le Messie
  2. s’installe à sa Table pour répondre à l’invitation divine (Matthieu 22)
  3. reconnaît les signes du Retour du Christ et l’identité de l’Antichrist

Tels sont la vraie circoncision et le vrai baptême pour tous aujourd’hui.

« Emondés (purifiés, baptisés) vous l’êtes déjà grâce à la Parole que je vous ai annoncée », dit Jésus à ses Apôtres (Jean 15,3). Le baptême authentique, l’unique valable est l’accueil de la Parole divine. « C’est pourquoi », dit Paul, « laissant l’enseignement élémentaire sur le Christ, élevons-nous à l’enseignement parfait, sans revenir sur les articles fondamentaux du repentir des oeuvres mortes… de l’instruction sur les baptêmes… » (Hébreux 6,1-3).

Pendant que nous parlions, notre amie D. (nouvelle parmi nous), une Chrétienne baptisée dès son enfance, arrive pour entendre ce que nous disions à propos du baptême en Esprit. Elle intervint pour dire: « Cette nuit, j’ai eu un songe qui m’a secouée. Je vis une personne de lumière me dire: ‘Tu dois te faire baptiser’. Je répondis: ‘Mais je l’ai déjà été!’. Elle vit alors qu’on saisissait sa tête et la plongeait dans un grand bac d’eau ». Elle comprit, et nous comprîmes tous que, par ce songe, l’Esprit Saint confirmait notre enseignement. Le baptême d’eau qu’elle avait reçu est sans valeur spirituelle. Il lui fallait passer par le baptême authentique: celui de la Connaissance et de l’option personnelle.

Nous avons cependant baptisé l’enfant par esprit pédagogique, surtout en raison de certaines personnes présentes parmi nous. Et cela dans le même Esprit que Jésus se soumit au baptême de Jean, Lui qui n’avait pas besoin de baptême. De même, Pierre baptisa Corneille et les siens, eux qui avaient pourtant déjà reçu l’Esprit Saint.

Dorénavant, le baptême pour le pardon des péchés, c’est d’accueillir le Christ qui frappe à la porte du coeur comme Il l’avait annoncé (Luc 12,35-37 / Matthieu 24,33 / Apocalypse 3,20). Il désire qu’on Lui ouvre pour entrer partager son Souper avec les siens. Jésus avait dit:

« Ceci est mon Corps pour la rémission des péchés…Buvez en tous, Ceci est mon Sang répandu pour vous et pour beaucoup pour la rémission des péchés » (Matthieu 26,26-28 / Luc 22,14-20 / Jean 6,53-58)

Voilà le baptême authentique qui pardonne les péchés et donne la Vie Eternelle.